Articles

Affichage des articles du 2010

Apollinaire et le Cubisme - Les expositions et la critique 1

Image
Pour vivre, pour s’imposer, pour agir, Apollinaire plaça sa prose partout où il le put. Son métier de chroniqueur devint prépondérant, sans toutefois écarter son activité de poète qui s’en trouva progressivement influencée. En 1902, son premier article de critique d’art célèbre une frise de l’autel de Pergame représentant des scènes hellénistes. Un nombre important de quotidiens, hebdomadaires, mensuels et autres revues reçurent des piges de la part d’Apollinaire. En 1910, la revue L’Intransigeant lui offrit de tenir la rubrique intitulée La Vie artistique qu’il fournit de ses articles jusqu’à sa démission en 1914. Il choisissait surtout de mettre sa plume au service de ceux qu’il aimait, ses compagnons de fortune et d’infortune. Quelques mois après sa rencontre avec Pablo Picasso, il signa des articles sur ce jeune peintre dans La Revue Immoraliste et La Plume. Il y décrit des saltimbanques, « des êtres qui enchanteraient Picasso », louant la ‘Période bleue’ en réponse au critique

Apollinaire et le Cubisme - d'une rencontre à une adhésion

Image
Naissance d’un nom Dans ce 20 ème siècle naissant, un poète se révélait à lui-même ; le jeune Wilhelm de Kostrowitzky rentrait dans le monde littéraire et dans sa capitale, Paris. Depuis quelques années, la littérature n’avait de cesse de l’occuper. Selon Apollinaire lui-même, ce fut vers sa douzième année qu’il composa ses premiers vers. En septembre 1903, furent publiés dans La Grande France , trois poèmes à Linda. Il existait également à cette époque d’autres ouvrages de Wilhelm, qui témoignaient de sa grande curiosité et de son éclectisme dans son métier d’écrivain : en 1900, pour assurer sa survie, il donne à publier un roman érotique, Mirely ou le petit Trou pas cher , et Que faire ? , une collaboration anonyme au feuilleton signé Desner. Il s’adonnait également au journalisme en écrivant, en 1901, pour le Tabarin, le reportage Les mauvaises routes en Allemagne . En 1902, il se tourne vers le théâtre le temps de composer une pièce en un seul acte, intitulée A la cl

Apollinaire et le Cubisme - La fin d'un siècle

Image
De Wilhelm de Kostrowitzky à Guillaume Apollinaire Les prémices du XXème siècle se situent vers 1889, date de l’Exposition Universelle et début d’une période si intense qu’elle allait donner naissance à notre monde moderne. En effet, notre société n’a jamais connu et ne connaîtra peut-être jamais de changements aussi nombreux et radicaux dans la vie quotidienne qu’en ces cinquante années clôturées par un traumatisme : la seconde Guerre Mondiale. Le cheval cesse d’être l’unique moyen de locomotion ; il est remplacé par le vélo, l’automobile, le train et même l’avion. La notion de distance est envisagée différemment grâce à la magie des moyens de communication que sont le téléphone et le T.S.F. La bougie est définitivement soufflée par l’électricité qui élimine peu à peu chaque maison de France. La mode vestimentaire apporte plus de liberté à la femme qui raccourcit ses jupes. Et un septième art est créé : le cinématographe. Le XXème siècle semblait naître sous l’effet d’une acc

XIIIème Sommet de la Francophonie

Image
Du 22 au 24 octobre 2010, la Suisse a accueilli le monde francophone, à Montreux.     Les chiffres de 2010 §           L’Organisation Internationale de la Francophonie regroupe 70 États , dont 14 observateurs. Ce qui représente 220 millions de Francophones. §           Le français est la 9 ème langue la plus parlée dans le monde. §           Elle est seule, avec l’anglais, à être présente sur les 5 continents . §           Dans l’ U.E. , elle est la 2 ème langue maternelle la plus parlée, après l’allemand et l’anglais. §           Elle est la langue officielle dans 32 États de l’O.I.F ., seule ou avec d’autres langues. §           Elle est la 3 ème langue sur la Toile , après l’anglais et l’allemand. En 1880, le terme francophonie est apparu la première fois sous la plume du géographe Onésime Reclus pour désigner tous ceux qui parlent français. En 1926, naît la première association francophone : celle des écrivains. En 1930, le terme "francophone" fait son entr

Découverte du mois

Image
L’auteure Née en 1944, Katarina Mazetti est journaliste à la radio suédoise et auteure de livres pour la jeunesse et de romans pour adultes. Extraits « Je sais pertinemment que ce n’est pas de la Poésie, que j’écris. J’essaie simplement de saisir l’existence en images. Je le fais pratiquement tous les jours, un peu comme d’autres dressent des listes de choses à faire pour agencer leur quotidien. » « J’ai senti les coins de ma bouche s’étirer vers le haut et j’ai jeté un œil sur le Forestier. Et juste à cet instant, il m’a regardée. Lui aussi souriait. Et … Impossible de décrire ce sourire-là sans plonger dans le monde merveilleux des vieux standards de bal-musette. Dedans, il y avait du soleil, des fraises des bois des gazouillis d’oiseaux et des reflets sur un lac de montagne. Le Forestier me l’adressait, confiant et fier comme un enfant qui tend un cadeau d’anniversaire dans un paquet malmené. Ma bouche est restée étirée jusqu’aux oreilles. Et un arc de lumière a surgi entre nou

Lou et Gui : le masque de l'amour sur fond de guerre

Image
  En septembre 1914, Apollinaire fait connaissance à Nice de Louise de Coligny-Châtillon, qu’il appellera Lou. Engagé volontaire, il est affecté à Nîmes, le 6 décembre, au 38e régiment d’artillerie de campagne. En janvier et février 1915, il entretient avec elle une correspondance régulière. Apollinaire meurt en 1918; certaines de ces lettres — les poèmes — sont publiées en 1947 sous le titre : Ombres de mon amour puis en 1959 sous le titre Poèmes à Lou. L’ensemble de cette correspondance est publié en 1990 sous le titre : Lettres à Lou.   L a nuit descend O n y pressent U n long destin de sang      La nuit      S'achève      Et Gui      Poursuit      Son rêve      Où tout      Est Lou On est en guerre      Mais Gui N'y pense guère      La nuit S'étoile et la paille se dore Il songe à Celle qu'il adore                  (Nuit du 27 avril 1915) (Lettre de Guillaume à Lou) Nîmes, le 18 janvier 1915 [...] Maintenant, je te prie de ne plus me chiner sur le m