Articles

Affichage des articles du janvier, 2011

extrait - Milan Kundera

Le Rideau , essai en sept parties Editions Gallimard, 2005, p 196-197 ETERNITE Il y eut de longues époques où l’art ne cherchait pas le nouveau mais était fier de rendre belle la répétition, de renforcer la tradition et d’assurer la stabilité d’une vie collective ; la musique et la danse n’existaient alors que dans le cadre des rites sociaux, des messes, des fêtes. Puis, un jour, au XIIe siècle, un musicien d’église à Paris eut l’idée d’ajouter à la mélodie du chant grégorien, inchangé depuis des siècles, une voix en contrepoint. La mélodie fondamentale restait toujours la même, immémoriale, mais la voix en contrepoint était une nouveauté donnant accès à d’autres nouveautés, au contrepoint à trois, à quatre, à six voix, à des formes polyphoniques de plus en plus complexes et inattendues. Puisqu’ils n’imitaient plus ce qui s’était fait auparavant, les compositeurs perdirent l’anonymat et leurs noms s’allumèrent telles des lampes jalonnant un parcours vers des lointains. Ay

Apollinaire et le Cubisme - Les expositions et la critique 2

Image
Amoureux du renouveau, Apollinaire n’était pas soucieux d’extravagance et de bizarrerie mais, dans son rôle de critique, il fit preuve de clairvoyance  et fut le seul écrivain d’art à exprimer de l’enthousiasme vis-à-vis des tentatives des jeunes peintres de son époque. «  L’Exposition annuelle du Cercle de l’Union  » fut le premier article d’une longue série que publia l’Intransigeant de 1910 à 1914 et qui défendait la peinture nouvelle dont le nom de « cubisme » se répandait dans la presse parisienne. Cette dénomination se voulait une boutade. A l’occasion de l’exposition, Kahnweiler, en novembre 1908, le critique Louis Vauxcelles employa le terme de « cubes » pour qualifier des toiles du sud. Les œuvres du Salon des Indépendants de 1911 furent jugées des «  bizarreries cubiques  ». Ces moqueries inventèrent sans le désirer un nom aux tableaux de Picasso et de Braque, qui ne pouvaient se ranger sous aucune appellation esthétique connue alors. Désormais, le cubisme classifiait les to