50 livres avant mes 50 ans - 9/50 Jean-Paul DIDIERLAURENT










Jean-Paul Didierlaurent est un auteur découvert par hasard, à la sortie de son premier roman "Le Liseur du 6h27". Ce fut un vrai coup de cœur et son roman, une pépite que je ne cesse de faire partager lorsque l'on me demande un conseil de lecture.

Son univers se rapproche de celui de Joël Egloff. Leurs personnages sont des gens communs dans un quotidien sans éclat mais que la fiction hausse vers la poésie de l'existence, vers la beauté douce. La solitude mène à l'amour, le gris de l'existence est magnifié, la tristesse a des éclats de rire.

Dans "Le reste de leur vie", l'auteur nous plonge dans le sujet de la vieillesse et de la mort. Deux sujets qui sont un challenge de nos jours où nous voulons effacer la réalité de la fin de nos vies et nous sommes envahis par les images de la jeunesse éternelle. Challenge donc de plonger le lecteur dans l'univers de thanatopracteur de son héros sans lui donner l'envie de refermer le livre d'un air de dégoût pour cacher une angoisse plus profonde.
Ambroise est un embaumeur, non pas parce qu'il aime la mort mais parce qu'il aime la vie. C'est pour lui un acte de noblesse que de s'occuper une dernière fois d'un mort avec respect et amour. Il est la dernière personne à en prendre soin.
L'héroïne, Manelle, est celle qui par dévouement à travers son métier d'aide à domicile, prend soin des personnes âgées esseulées en s'attachant à leur apporter plus que sa mission ne le lui autorise.
Deux être sensibles, profondément humains, faits pour se rencontrer et comme souvent dans la fiction, tout va concourir pour que leurs chemins se croisent.

Même s'il est question de mort, de maladies, de vieillesse, ce roman ne verse pas dans le pathétique. La larme que l'on peut verser accompagne le sourire. Parce que c'est au final, un texte léger, joyeux, d'une grande humanité et dont on quitte les personnages avec regrets.

Ce n'est pas forcément un livre qui se démarque sur un étal de librairie. On ne peut le "marketer" par des expressions coups de poing sur l'originalité de l'intrigue, la noirceur de son contenu. Il ne vient pas chatouiller nos besoins les plus inavouables, nos pulsions maîtrisées.
Il est tellement plus en fait, il est une fenêtre ouverte sur un paysage apaisant, laissant entrer une lumière douce et un air léger.


Commentaires

Articles les plus consultés