50 livres avant mes 50 ans : 12/50 Serge Joncour




J'ai beaucoup de mal à écrire sur ce roman. Non pas parce qu'il m'a déplu mais justement, parce qu'il m'a particulièrement touché.
Il m'arrive parfois de n'être pas attirée par les livres ou les auteurs que les médias me poussent de force sous mon nez. Certains lecteurs courent acheter les prix littéraires. Moi, je marche à l'envers.
Là, j'aurais regretté de ne pas découvrir la prose de Serge Joncour. Je m'y suis coulée comme dans un bain vaporeux et parfumé, je m'en suis habillée chaudement pour quelques heures de lecture savoureuses, tendres. Le plaisir était tel que je ne pouvais me détacher de l'histoire tout en ralentissant la lecture pour ne pas arriver trop tôt à la dernière ligne.

C'est l'histoire d'une rencontre qui évite soigneusement les effets et les clichés, une histoire d'amour possible mais ce n'est pas la question, une histoire d'adultère (L'héroïne est mariée.) mais ce n'est pas non plus le sujet.
Ce n'est que l'histoire simple d'une femme et d'un homme que tout oppose mais qu'un lieu va réunir. Deux êtres solitaires au milieu des autres qui finissent par se rejoindre dans un duo où force et faiblesse s'inversent, se croisent, se partagent.

C'est l'habileté de l'écriture de Joncour, un réalisme teinté de simplicité, une étude ciselée des personnalités. Tout sonne juste. Ce n'est donc pas l'histoire qui m'a plu mais là façon dont elle est racontée. Difficile donc de dire autre chose que ce plaisir-là et d'aller découvrir les autres romans de l'auteur.

L'écriture de Joncour a quelque chose à voir avec l'intime. Ce qu'il livre des pensées de ses personnages est si réaliste et universel qu'on s'y reconnaît. L'effet est troublant.



Commentaires

Articles les plus consultés